Voir la présentation

Le RGPD prévoit une obligation de sécurité en son article 32. Cette obligation pose clairement une obligations de mesure du risque au regard des connaissances à date de la mise en place des mesures. Toutefois les décisions de la Cnil semblent omettre ce point et sanctionner le défaut de sécurité au sens d’une obligation de résultat. Dès lors peut se poser la question des conséquences de ces décisions sur la méthode EBIOS d’évaluation des risques et de l’accentuation de la vraisemblance de certains risques lorsqu’une société est dans le viseur de la CNIL.